Centenaire 14-18

A l'occasion du centenaire du début de la première guerre mondiale, de nombreux évènements seront organisés tout au long de l'année et à travers tout le pays. L'exposition proposée... Lire la suite

Collections

Le Musée de la Ville est consacré à l’histoire de la cité : son origine, son développement et la vie de ses habitants sont présentés à travers des retables, des sculptures,...  Lire la suite

Maison du Roi

Le bâtiment de style néogothique qui abrite le musée est un chef-d’œuvre d’architecture. Il a été classé dans son entièreté en 1936 et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO...  Lire la suite

Collections

Le Musée de la Ville est consacré à l’histoire de la cité : son origine, son développement et la vie de ses habitants sont présentés à travers des retables, des sculptures...  Lire la suite

Manneken-Pis

La version originale du plus célèbre des Bruxellois Manneken-Pis et sa garde-robe composée de plus de 880 costumes, sont précieusement conservées au Musée.   Lire la suite

Collections

Le Musée de la Ville est consacré à l’histoire de la cité : son origine, son développement et la vie de ses habitants sont présentés à travers des retables, des sculptures,... Lire la suite

évènements

Le trésor de la mouche

Vlieg, la mouche t’emmène à la découverte de son trésor caché dans le musée.

28 juin > 31 août

En savoir plus

Premier dimanche du mois

Le premier dimanche du mois, le Musée de la Ville ouvre gratuitement ses portes aux visiteurs et propose des activités en famille.

Dimanche 3 août à 15h et 15h45 : La Restauration des statues de l'Hôtel de Ville par Camille De Clercq, restauratrice à l'Institut Royal du patrimoine artistique.

Voir ci-dessous

Le retour des Prophètes au musée

© KIK - IRPA

Le Musée de la Ville de Bruxelles retrouve deux des huit Prophètes, un ensemble de statues emblématiques du savoir-faire bruxellois en matière de sculpture. Ornant il y a plus de 6 siècles le porche de l’Hôtel de Ville, les sculptures bénéficient depuis 2011 d’analyses historiques et de restaurations minutieuses réalisées par l’Institut Royal du Patrimoine artistique. Ce travail permet non seulement de dévoiler leur état d’origine et la qualité des matériaux utilisés, mais aussi d’en apprendre plus sur les fondements du métier de sculpteur au Moyen-Age, l’âge d’or de l’art sculptural.

En savoir plus

 

Le Musée de la Ville de Bruxelles reçoit le Prix des Musées

Le Musée de la Ville de Bruxelles est particulièrement honoré d’avoir été choisi parmi cinq musées de la Région de Bruxelles-Capitale pour le Prix des Musées.

Ce prix, octroyé par un jury d’experts du secteur muséal, est une reconnaissance pour les initiatives de sensibilisation et de médiation du musée à l’égard de tous les publics et plus particulièrement du public bruxellois. 

Bienvenue à tous! 

 

Coup de coeur

Dans le cadre de notre rubrique intitulée "coup de coeur", les visiteurs et le personnel du musée parlent de leur pièce préférée. Ce mois-ci, Thérèse, directrice de la culture de la Ville de Bruxelles.

Mon coup de cœur est le dromadaire qui se trouve au rez-de-chaussée du musée, au pied de l’escalier. Pourquoi un dromadaire ? Je trouvais incongru de trouver la sculpture de cet animal dans un musée d’histoire de ville. En lisant le cartel, j’appris que le dromadaire était l’enseigne d’un estaminet situé dans l’impasse Borgval, disparue lors du voûtement de la Senne.L’enseigne s’est répandue en Europe vers le 15è siècle. C’était un moyen d’identifier les maisons à une époque où la grande majorité de la population était illettrée, comme le numéro de rue le fait encore aujourd’hui. Elle se présentait sous différentes formes : sculpture placée sur une imposte, figurine découpée dans une plaque et suspendue à une potence ou encore par une peinture murale. Les marchands leur accordaient un soin particulier car c’était pour eux  un moyen d’attirer vers leur commerce le regard des chalands.

Le choix du sujet de l’enseigne n’est jamais innocent. Il est le plus souvent d’ordre religieux ou symbolique. Je ne sais pas pourquoi le choix du cabaretier s’est porté sur un dromadaire. Quoi qu’il en soit, cette sculpture est une évocation savoureuse de l’atmosphère des rues d’antan avant que les enseignes lumineuses ne viennent envahir le paysage urbain.

Autres coups de coeur